Accueil du site > Actualités > Réglementation/Financements > CDDI : Extension de la dérogation à la limite de 24 mois du CDDI dans les (...)

Documents joints :


Extension de la dérogation à la limite de 24 mois du CDDI dans les ACI - Code (...)

 

Dans la même rubrique...
• Un socle européen des droits sociaux pour promouvoir une Europe sociale
• FSE 2018 - Interpellation commune des réseaux
• CCN ACI - Evolution des garanties du régime mutualisé de prévoyance
• Projet de Loi de Finances 2018 : l’enveloppe IAE confortée
• Ordonnance pour renforcer le dialogue social : synthèse des mesures
• Branche des ACI - La représentativité arrêtée
• Pétition "Non Monsieur Macron, les contrats aidés ne sont pas inutiles"
• Alerte sur l’avenir des contrats aidés au sein des Entreprises Sociales Apprenantes
• Complémentaire santé - nouvel avenant à la convention des ACI
• Mise en conformité des ACI avec la réglementation sur la carte professionnelle BTP : la position du SyNESI
• Extension de l’accord-cadre de la branche des ACI, du 19 novembre 2015 relatif à l’aménagement du temps de travail
• Enveloppes financières régionales IAE – Instruction du 16 mars 2017

  CDDI : Extension de la dérogation à la limite de 24 mois du CDDI dans les ACI

La loi « El Khomri » du 8 août 2016 a introduit un amendement aux dispositions légales sur la durée du CDDI dans les ACI.

La prolongation dérogatoire, de la durée maximale de 24 mois du CDDI, et accordée à titre exceptionnel, a été entendue, aux personnes rencontrant des « difficultés particulièrement importantes, dont l’absence de prise en charge ferait obstacle à leur insertion professionnelle ». Cette prolongation peut être prévue par décisions successives d’un an au plus, dans la limite de soixante mois.

La dérogation exceptionnelle à limitation de durée du CDDI dans les ACI, était jusqu’alors prévue dans les deux cas, de salariés âgés de 50 ans et plus, et de personnes reconnues travailleurs handicapés.

Ces prolongations sont accordées par Pôle Emploi, qui procède à l’examen de la situation du salarié au regard de l’emploi d’une part, et de « la capacité contributive de l’employeur et des actions d’accompagnement et de formation conduites dans le cadre des vingt-quatre premiers mois », d’autre part.

Partager :